Florence Villien

Florence Villien

 

Docteur en physiologie, allie expérience de terrain et formation scientifique, ce qui lui a permis de développer une méthode respiratoire (le Spironess) aux effets étonnants et persistants dans les domaines du STRESS, du SPORT et de la SANTÉ.

Elle est enseignée à travers l’Europe à des sportifs individuels (Laurent Gané, champion du monde cycliste, Miguel Martinez, champion Olympique VTT, …) et des groupes (Olympique de Marseille, Marins Pompiers de Marseille, …). D’après une étude validée, l’entraînement par la méthode Spironess permet d’améliorer les principaux indicateurs de l’endurance de rameurs de compétition (aviron) déjà très performants (VO2max moyen de 67 ml/min/kg au départ).

Protocole de l’étude :

Les rameurs ont été répartis en 2 groupes homogènes et ont été soumis à des tests avant et après une période d’entraînement de 8 semaines. Les tests réalisés comprenaient une spirométrie (évaluation respiratoire), des mesures de pressions inspiratoire et expiratoire (évaluation de la force des muscles respiratoires), et une épreuve d’effort maximale triangulaire en laboratoire sur ergomètre approprié (rameur), avec mesure des gaz, de la lactatémie et de la fréquence cardiaque.

Protocole d’entraînement respiratoire :

Lors de cette étude, un seul des deux groupes a complété son entraînement d’aviron habituel par un entraînement respiratoire. Le groupe entraîné avec la méthode Spironess a ajouté 3 à 5 séances d’entraînement respiratoire par semaine pendant 8 semaines à raison de 30 min par séance. Deux types d’exercices ont été réalisés à chaque séance :

  • L’ultrapnée qui consiste à effectuer des mouvements respiratoires extrêmement lents et amples, entrecoupés d’apnées. Le but de cet exercice est de ralentir le rythme cardio-respiratoire.
  • Le diaforce qui consiste à effectuer des hyperpnées (respirations profondes et rapides) nasales abdomino-diaphragmatiques très actives suivi d’une manœuvre de Müller amplifiée (l’inverse de Valsalva) pour étirer les muscles précédemment activés. Le but de cet exercice est de tonifier les muscles « piliers » de la respiration (diaphragme et abdominaux transverses).

Résultats :
Lors des seconds tests, seul le groupe entraîné aux techniques respiratoires a amélioré les paramètres physiologiques relatifs à l’endurance démontrant ainsi l’efficacité de la méthode.

  • Diminution de la fréquence respiratoire de 9%
  • Augmentation de la puissance maximale aérobie (PMA) de 10%
  • Augmentation de la consommation maximale d’oxygène (VO2max) de 9%
  • Pas de variation de la concentration en acide lactique
  • Pas de variation de la concentration d’hématocrite au repos (pas de suspicion de dopage).

Explications :
L’efficacité de la méthode Spironess repose tout d’abord sur le renforcement spécifique des muscles de la respiration (diaforce) : à l’issue du cycle d’entraînement, la pression des muscles respiratoires a augmenté tant au niveau de l’inspiration (PIMax + 10%) que de l’expiration (PEMax + 23%). Ce renforcement musculaire agit sur l’amélioration de la fonction respiratoire au repos : la capacité vitale (CV) augmente de 5,5% et la capacité pulmonaire totale (CPT) de 5,4%.

Concernant l’amélioration spectaculaire de la VO2max et de la PMA, l’ultrapnée agit par conditionnement du rythme et de l’amplitude de la respiration. L’ultrapnée permet de moduler à la baisse le régime naturel de la respiration impulsé par les centres respiratoires cérébraux. L’hypothèse avancée par le Dr Villien pour expliquer l’amélioration de VO2Max résiderait dans le fait que la diminution de la ventilation d’effort induirait une diminution du débit cardiaque, permettant ainsi une meilleure captation de l’oxygène par les muscles.